Salle comble à la PdA pour les Bouches Bées

Scroll down to content

MONTRÉAL – Toujours dans le cadre des Week-Ends de la chanson Québécor présentés à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts, j’ai assisté le 30 janvier dernier au spectacle des Bouches Bées avec, en première partie, Flavie.

wmIMG_5959
Flavie

Flavie a deux albums solos à son actif. Son dernier opus Brûler dehors a été lancé en novembre 2015. Elle est auteure-compositrice-interprète et écrit des chansons inspirées des moments de la vie, que ce soit Le vétéran en hommage à son grand-père qui a participé au débarquement de Dieppe durant la Deuxième Guerre mondiale ou encore Mon fou de Bassan. Sur scène, elle est accompagnée de sa choriste Catherine LeBlanc-Fredette.

C’est à la suite d’un burn-out que Flavie s’est penchée sur des sujets délicats, souvent tabous dans une société où la performance règne en maître. Le burn-out est devenu Brûler dehors, un album empreint d’espoir et de douceur, où les mélodies sont libres et écrites pour mettre en valeur des textes profonds.

Comme Flavie est également membre des Bouches Bées, j’ai voulu savoir comment elle arrivait à jumeler ses deux carrières. Les Bouches Bées, c’est son projet de coeur, il faut que ça cohabite, c’est comme un équilibre. Roxane et Janik ont connu Flavie grâce à ce qu’elle faisait en solo, si Flavie ne faisait pas ses trucs à elle, les Bouches Bées n’existeraient pas.

Deux carrières en parallèle

wmIMG_6007
Janik V. Dufour

Les Bouches Bées, un trio vocal folk à saveur country, pour leur part, roulent leurs bosses depuis sept ans et ont lancé leur premier album intitulé Au fil des avenues au printemps dernier. Les trois filles se sont rencontrées sur les bancs de l’université et c’est là qu’elles ont commencé à mettre leur talent en commun pour vivre leur passion.

Leur objectif a toujours été de mettre l’accent sur les harmonies vocales, qui sont la source même de leurs chansons dans un style folk et bluegrass qui courtise une approche pop. Accompagnées de deux musiciens d’expérience, Raphaël D’Amours à la guitare et Pascal Andrus à la contrebasse, les Bouches Bées ont présenté un spectacle où leurs trois voix sont à l’honneur, et où le public se laisse gagner par leur complicité.

Roxane Filion
Roxane Filion

Pour les Bouches Bées, faire un show à la Place des Arts c’est un grand honneur, la salle Claude-Léveillée est une salle parfaite pour recevoir les Bouches Bées, ça met leurs voix et leur spectacle en valeur.

Depuis le début de l’année, elles ont la chance de faire la première partie de David Thibault. En plus de présenter leurs chansons, elles collaborent au spectacle en tant que choristes.

Donc, la Place des Arts, c’est aussi une occasion de revenir travailler avec leurs musiciens, leurs grosses équipes, ça leur fait du bien, elles reviennent dans leurs pantoufles et ça les ramène à leur album.

Elles ont envie de continuer à faire ce show et grâce à leur expérience avec David, elles apprennent à travailler dans plusieurs salles différentes. Les Bouches Bées ont une belle année qui les attend et elles trouvent ça très stimulant.

La Place des Arts, un beau cadeau

Page Facebook de Flavie et son site internet.

Page Facebook des Bouches Bées et leur site internet.

Cet article a également été publié sur l’Écho de Lévis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :